images

 

On est lancé dans une vraie bataille
On pousse des coudes on s’agite
Et avec le manque de travail
Et la vie qui va bien trop vite

Certains jeunes de quartiers,
Les marginaux et les handicapés
Ont fini par être oubliés
Et la société les a rejetés

On laisse cette partie de la population
Sur le bord de la route bien parquée
Et il s’installe une forme d’exclusion
Où le chacun pour soi est bien marqué

Et ça ouvre des blessures des fêlures
Et une vie parallèle s’organise
Faite de débrouilles de magouilles d’impostures
On les regarde mais jamais on ne fraternise

Comment échapper à cet ostracisme
Mais il y aura peut-être des jours meilleurs
Là je fais preuve d’un peu d’optimisme
Car je ne veux pas tomber dans la terreur